mardi 18 juin 2013

Les pieds nickelés de l'autisme


 
 
Les grands spécialistes français de l’autisme nous assurent que la recherche sur l’autisme en France est à la pointe ! Nous n’aurions pas 40 ans de retard, contrairement à ce que certains malveillants veulent nous faire croire. Naturellement non, et grâce à l’apport de la psychanalyse, spécificité française que le monde entier nous envie, nos connaissances rayonnent sur la littérature scientifique mondiale avec un éclat éblouissant. 
Un moyen simple d’évaluer ce rayonnement est de pratiquer une simple étude bibliométrique, via, par exemple, la base internationale exhaustive, Web of Knowledge, interrogée ce 18 juin 2013. Ces outils permettent de recenser le nombre de publication dans des revues de référence, et d’étudier l’impact de ces travaux,  assimilé au nombre de fois où ces travaux sont cités (plus un travail est original, contributif et pertinent, plus il est cité par les pairs qui travaillent dans le domaine). L’index H est un calcul des citations d’un auteur, qui reflète l’impact de ses travaux[i]
Nos pieds-nickelés nationaux brillent par leurs recherches étourdissantes. Des Professeurs d’université qui publient à une allure étourdissante : Bernard Golse a écrit (ou co-écrit, ou a été associé à…)  94 articles, cités 374 fois, soit un index H de 9 (lorsque les spécialistes internationaux de l’autisme, comme Simon Baron-Cohen ont publié près de 300 articles, avec un index H de 63) ! Pierre Delion fait plus fort encore : auteur ou co-auteur de 22 articles, cités 82 fois, et un index H de 5 (le niveau d’un interne). Michel Botbol a participé à 29 publications, et son index H culmine à 6, avec 85 citations. Laurent Danon-Boileau, 6 références, 18 citations et un index H de 2. Il est certain qu’avec de tels pédigrées, ces redoutables scientifiques, auteurs de nombreux ouvrages sur le sujet de l’autisme, auraient été recalés par n’importe quel Conseil National Universitaire, y compris pour l’accès à un poste de Maitre de conférence. . .
Un tel rayonnement a de quoi laisser songeur. L’éblouissement peut confiner à de l’aveuglement… 


[i] Si un article rédigé par cet auteur est cité au moins une fois, l’index est de 1, si deux articles de sa main sont cités au moins deux fois, il sera évalué à 3. Ainsi de suite...
 
P.S. : L'article n'est pas de l'auteur du blog, mais d'un auteur qui, pour des raisons bien compréhensibles, souhaite garder l'anonymat. Les données collectées sont exactes.

6 commentaires:

Françoise Boulanger a dit…

Oui, cela consiste à "donner la berlue" ! Maladie très contagieuse obtenue avec n'importe quelle lampe torche, tenue par n'importe quelles mains, pour peu qu'on la dirige bien droit dans les yeux. Et que l'on n'oublie pas de poser les œillères qui vont avec (c'est l'élément principal...).
Bises Isabelle.

Isabelle Resplendino a dit…

Commentaire très pertinent, comme souvent avec toi, Chère Françoise !
Isa

cecile lobjois a dit…

genial

cecile lobjois a dit…

genial bravo !! je suis fan

Isabelle Resplendino a dit…

Il est vrai que nous avons souvent évoqué la faiblesse des publications des psykks, mais là nous avons un article bien argumenté. Bravo à son auteur, que je remercie grandement.

Isabelle Resplendino a dit…

Je lui passerai le message :)