vendredi 21 décembre 2018

Douce France, cher pays de mon enfance…



Défiée par Cauet (si, si, celui de TPMP) une députée place le mot « Boloss » à l’Assemblée.

Boloss, le verlan de lobotomisés. Le "gentil mot" qu’on utilise pour désigner des personnes porteuses d’une déficience intellectuelle.



Bon allez je lui dis, à cette représentante du peuple ?

Est-elle ignorante ou bien méprisante ? Stupide ou méchante ? Les deux ? En tout cas, Cauet a bien réussi, une fois de plus, son buzz.

Comme disait Courteline, « Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet ».

Bravo LFI. Les Fiers Imbéciles ?

#notinmyname

samedi 8 décembre 2018

jusqu'au-bout-sexisme


Jusqu’où le sexisme va se cacher ?

Mon mari me demande ce que je veux pour mon anniversaire : aucune idée. Mais comme j’aime bien les gadgets connectés, je tape sur Google « cadeau pour un geek ».

Et là je tombe sur un site qui dit :

« Offrir un cadeau de Noël geek ou anniversaire ça se prépare avec minutie ! Pour l’anniversaire de votre homme ou garçon, le cadeau de Noël pour un geek (adolescent, homme de 30 ans voir 40 ans voir cadeau geek femme), il vaut mieux avoir la bonne idée cadeau geek et ne pas se tromper. Un achat insolite et geek pour faire une belle surprise et taper dans le mille pour son cadeau. »

Vous ne me croyez pas ? Si, si… Voir ici.


Bon, j’avoue par curiosité j’ai tapé « cadeau geek femme » dans Google (ça n'existe pas sur le site en question).
À vous filer le bourdon : trucs cuisine, etc.

Même plus envie d’envoyer des messages pour dire que c’est mon mari qui cuisine…

Bon, bref, vire, retourne pour finir, voilà de quoi vous dégoûter et faire faire des économies à votre foyer. Toujours ça de pris.





L'AFrESHEB lauréate du Trophée Montaigne


Les Trophées Montaigne élisent, au cours d'une soirée de Gala 4 français qui œuvrent en Belgique dans des milieux aussi différents que la Culture, l'Entreprise, l'Associatif et l'Innovation.

Cette année 2018, l’AFrESHEB a été lauréate dans la catégorie : associatif.
C’était la 5e édition, et le trophée était le 5e Dargaa d’or (du nom du sculpteur).


Ce prestigieux prix permet de mettre en lumière les Français en situation de handicap en Belgique, leur situation (leurs problèmes récurrents tels que la non prise en charge de frais de transport, d’hébergement, de soins, les tracasseries administratives pour effectuer les papiers d’identité) mais aussi d’attirer l’attention des pouvoirs publics français sur les expériences positives qui attirent les familles des personnes concernées en Belgique –  l’exode ne se justifiant pas uniquement par le manque de place – afin peut-être de les répliquer en France pour arrêter un jour cet exode.

Cet éclairage vient à point nommé alors qu’un groupe de travail s’ouvre à ce sujet pour la Conférence Nationale du Handicap 2019.

Évènement Facebook de la soirée.

Site Internet du Cercle Montaigne.

Page Facebook du Cercle Montaigne.

Compte LinkedIn du Cercle Montaigne.

Site Internet de l’artiste.

Page Facebook de l’artiste.

Nous tenons à remercier le Cercle Montaigne, l’artiste, le jury pour cette distinction qui nous honore et qui rend hommage aux Français en situation de handicap en Belgique, ainsi que le consulat pour son aide précieuse et continue à ces compatriotes fragilisés.

Plus personnellement, je remercie l’équipe de choc de l’AFrESHEB, les adhérents, tous les amis qui ont croisé leurs doigts pour nous ce soir-là, mon mari pour son soutien indéfectible et surtout mon fils, sans qui rien ne serait arrivé.




mardi 4 décembre 2018

Quel(s) chantier(s) !


Conférence nationale du handicap : les 5 chantiers, dont un pour les Français de Belgique.

Extraits :

Ouverture de cinq chantiers

L'ouverture de cinq chantiers majeurs, très attendus, est annoncée, avec l'objectif de « simplifier la vie » :
 […]
2. Trouver des alternatives au départ de citoyens français en Belgique. Par exemple, des adolescents en situation de handicap, qui relèvent de la protection de l'enfance et qui, à l'âge adulte, doivent partir en Belgique faute de solutions disponibles en France.
[…]

Quel mode de fonctionnement ?

Les trois premiers chantiers sont confiés à des groupes de travail nationaux qui associent les administrations centrales, la Caisse nationale de solidarité de l'autonomie, les Agences régionales de santé, les Conseils départementaux et les membres des commissions spécialisées du CNCPH. […]



Mon commentaire :

Si seulement il n’y avait que cette infime partie de la population des Français en situation de handicap en Belgique ! Ce n’est qu’un exemple, certes. J’en cite d’autres : les enfants rejetés de l’école dès la maternelle. Les enfants rejetés de l’école à l’entrée au primaire. Les enfants rejetés de l’école à l’entrée au secondaire. Les personnes sans solution lorsqu'elles deviennent adultes (et pas que celles relevant de la protection sociale). Les enfants dont les familles ont fui les signalements abusifs parce qu’on a confondu leur trouble ou syndrome avec les signes de la maltraitance…
Donc avec cet exemple-là ils sont plutôt à côté de la plaque (et cela n’est pas très rassurant pour la suite).

Bon ben pour les experts de la question des Français en Belgique, c’est un peu loupé là, faut espérer que les membres des commissions spécialisées fassent appel aux lumières des personnes au courant…



Visite de la Reine Mathilde et de Mme Macron à la Maisonnée à Ittre

lundi 3 décembre 2018

Exode en Belgique : un groupe de travail créé.


Exode en Belgique : un groupe de travail.

Faut espérer que les vrais experts soient invités à participer… On y croit ?

Article de Handicap.fr :
« Compensation du handicap : des mesures… d’ici juin »


Extrait :
[...]Un groupe de travail planchera sur la compensation. Un second sur les alternatives au départ de citoyens handicapés en Belgique, faute d’autres solutions.[...]

L’article intégral ici.

Mon commentaire : au moins le Président n’est pas dans le déni, comme l’ont été depuis quelques années les Secrétaires d’État au handicap au sujet d’un prétendu arrêt de l’exode en Belgique.
C’est un bon signe.
On va voir dans les prochains mois si les gestes suivent les paroles.

À très bientôt !