vendredi 26 septembre 2014

La psychanalyse nuit gravement à la santé (et à la justice)

Ou le prosélytisme pour la dépénalisation de l’inceste paternel.
 
Journal belge « Le soir » du 26 septembre 2014. À propos de l’affaire du couple frère-sœur en Allemagne, un journaliste, Philippe De Boeck, a eu l’excellente idée d’interroger un « expert » à propos de l’inceste…
 
De qui s’agit-il ?
 
De Patrick De Neuter, psychanalyste à Bruxelles, professeur émérite de clinique psychanalytique et de psychopathologie du couple, de la famille et de la sexualité à l'université de Louvain (Belgique), directeur du Centre de formation aux cliniques psychanalytiques  (formation continue de la faculté de Médecine de l'université de Louvain).
Analyste membre d'Espace analytique (France) et cofondateur de l'association Espace analytique de Belgique, membre de la Fondation européenne pour la psychanalyse et du Séminaire interuniversitaire européen pour la recherche en psychopathologie et psychanalyse (SIUERPP).
Membre du comité de rédaction des "Cahiers de psychologie clinique", du comité de lecture de "Cliniques méditerranéennes" et du comité scientifique de "Figures de la psychanalyse"
Lire un peu plus ici.
 
Je vous donne le titre de l’interview, prière de ne pas pouffer :
 
« L’interdit de l’inceste est la face négative de l’obligation d’exogamie »
 
En français, cela doit donner à peu près cela :
« L’interdiction de l’inceste est le côté négatif de l’obligation de l’union hors de la famille ».
Vu que le résultat est le même… mais bon c’est le mot interdiction qui semble plus négatif que l’obligation à l’expert… tout dépend de la sensibilité de chacun ! Il fallait faire un beau titre compliqué avec des mots intellectuels pour en mettre plein la vue.
 
 
Comme disait le Grand Maître Jacques Lacan : « Notre pratique est une escroquerie, bluffer, faire ciller les gens, les éblouir avec des mots qui sont du chiqué, c’est quand même ce qu’on appelle d’habitude du chiqué ».
 
Ou le chanteur flamand Arno :
« Je chante une bête chanson à la française, avec des mots bêtes et artificiels, avec des mots branchés et intellectuels »
Eh oui c’est pour cela que le grand pays de la psychanalyse, c’est aussi la France… pays où l’on adore se gargariser de mots et se laisser fasciner par les beaux parleurs… Il n’y a qu’à écouter Bernard-Henri Lévy, qui se présente partout comme le représentant du peuple français sur les plateaux des médias étrangers… Je me demande quand est-ce qu’on se choisira un autre dirigeant pour que ce pays aille un peu mieux… Mais ceci est une autre histoire.
 
Mais je ne vais pas vous laisser sur votre faim. Maintenant que je vous ai donné en amuse-gueule un si beau titre, passons aux plats (je vous fais l’intégrale entrée-plat-dessert) :
 
1er extrait :
« L’inceste que l’on retrouve dans toutes les sociétés concerne la mère et ses enfants. C’est là l’inceste le plus fondamental, le plus universel, le plus condamné. »
(Ben oui, parce que c’est bien connu, du moment que c’est l’inceste paternel, c’est bien moins répréhensible). Cette réflexion personnelle était « la face positive » de l’affirmation de notre « expert ».
 
2e extrait (qui complète parfaitement le 1er) :
« Il faut aussi distinguer les conséquences de la transgression de l’interdit fondamental, l’inceste avec la mère, et les autres formes possibles.
Les relations sexuelles avec la mère sont les plus rares et elles ont des conséquences plus ou moins négatives pour l’enfant : parfois la folie, parfois le suicide.
L’inceste avec le père est plus fréquent et souvent moins ravageur. »
(Ben oui, parce que c’est bien connu, du moment que c’est l’inceste paternel, c’est bien moins grave). Cette réflexion personnelle était « la face positive » de l’affirmation de notre « expert ».
Vous êtes étonnés ? Ne le soyez  pas, c’est ce que la psychanalyse enseigne :
Voir la vidéo ici.
Il y a même des gens qui se sont demandés si c'était un hoax. Ben non. Dolto aussi ? Non ? Si ! Vous ne me croyez pas ?
Vous avez tort. Lisez ici et ici.
 
Marcel Rufo eh oui lui aussi.
 

Et enfin, last but not least, 3e extrait :
Question du journaliste :
« Quelle serait la bonne attitude à adopter vis-à-vis de l’inceste ? »
Réponse de l’expert :
« Je ne vois pas comment une société pourrait se passer de l’interdit de l’inceste avec la mère. Cela fait l’accord de tous les anthropologues. Par contre, trop d’interdit sur la sexualité étouffe le désir. Trop peu le condamne à rester chétif et fragile. À chaque société de décider ce qu’elle vise et, à partir de là, de déterminer les contours de cet interdit ».
 
Bon, je vous traduis en clair ? Les incestes maternels, il faut condamner. Pas les autres, parce qu’à trop interdire on tue la libido. Mais il faut un peu d’interdit pour bien faire fonctionner le fantasme, donc autant que ça tombe sur la mère, les femmes étant toutes des êtres inférieurs d’une grande perversité. Elles sont déjà coupables d’être femme, être mère est une circonstance aggravante. Je conseille aux législateurs de bien avoir ça en tête.
 
La femme est l’âne de la fable des animaux malades de la peste l’inceste.

2 commentaires:

Bernard Botturi a dit…

merci pour cet article qui montre la bêtise cuistre et arrogante des psychanalyste, experts en logomachie creuse....
dans un premier temps cela fait rire, mais après cela donne des envies de meurtres, car des vies de personnes dépendent de ces Diafoirus dangereux

Isabelle Resplendino a dit…

Il est vrai qu'ils en détruisent des vies, avec de telles fables...