mardi 21 septembre 2010

À l'école de Wolfgang, l'école inclusive


Reportage sur les classes d'inclusion scolaire de l'école communale de Brugelette, en Belgique, où les enfants de l'enseignement spécialisé sont scolarisés dans l'ordinaire.


Nous suivons le parcours du petit Wolfgang, 9 ans, atteint d'un syndrome d'Asperger, sorte d'autisme de haut niveau.


Le reportage est constitué d'une 1ère partie, suivie de questions sur le plateau à M. Jean-François Delsarte, conseiller pour l'enseignement spécialisé auprès de la ministre de l'Éducation en Belgique francophone et responsable de l'inclusion scolaire. Viennent ensuite une 2e partie, puis de nouvelles questions.


Voir le film ici.



2 commentaires:

Françoise Boulanger a dit…

Au moment où je t'écris ici, Luciole, le site Notélé est en dérangement semble-t-il. Mais j'avais vu le reportage il y a quelques jours. Cette formule d'inclusion d'enfants différents dans une école traditionnelle est une véritable réussite. La réflexion que je me suis faite est que l'on ne peut absolument pas distinguer un enfant à besoins spécifiques comme Wolfgang d'un autre de ses petits camarades. C'est pour moi l'argument essentiel à donner.

Pratiquement tous les enfants ont de toute façon besoin d'un coup de pouce à un moment donné dans une matière ou une autre. Personne à ma connaissance n'est parfait et heureusement. C'est vraiment un grand espoir dans le milieu de l'éducation en tout cas. Je fais donc le voeu que ce concept d'écoles inclusives soit adopté dans le plus de villes possible en France.

Et je suis certaine que Wolfgang deviendra un grand scientifique.

luciolebrune a dit…

Merci Françoise, le reportage est en train de faire le buzz, et ceci explique qu'il faut environ 5 mn pour accéder à la vidéo.

Un autre argument est que l'expérience profite à tous les enfants, y compris à ceux non en inclusion qui voient leurs résultats s'améliorer.

Merci pour Wolfgang, pour ma part mon souhait est qu'il soit heureux et honnête, et évidemment pour être heureux cela passe aussi par avoir un métier qu'on aime, d'ici qu'il soit grand il peut encore changer d'avis pour ses préférences !